Fêter les ancêtres

Antsirabe, Octobre 2019.

Il est midi. Le soleil tape sur les hauts plateaux. Après sept kilomètres d’ascension depuis la ville, nous avons laissé nos vélos un peu en contrebas, dans l’étable à zébus d’une maison en briques au sol en terre et nous montons vers le village. Des enfants nous suivent en riant.
Aujourd’hui c’est la fête. Une fête prévue depuis plus d’un an par l’astrologue : le 5.10.19 sera le jour du retournement des morts, du famadihana, pour la famille de Jacques. Alors toute les cousins disséminés sur l’île ont été prévenus et tout le monde est revenu au village à la date dite pour fêter les ancêtres.

Dans les rues du village -qui ressemble plus à un hameau-, l’ambiance est déjà festive : ça fait 24h que les hommes boivent du rhum local et que la fanfare joue presque sans interruption. Des habitants des environs sont venus profiter du rassemblent pour vendre bonbons, cigarettes, bières -à température ambiante- ou rhum sur des stands de fortune.

Il fait chaud. Tout le monde se connait. Nous sommes les seuls vazahas, les seuls blancs, mais la famille est heureuse de notre présence : pour être invités nous avons participé aux frais de la fête et offert une bouteille de rhum au patriarche. La coutume veut d’ailleurs que nous la partagions avec lui à l’arrivée. Ils sont tout un groupe d’hommes curieux autour de nous à observer notre réaction à leur distillation-maison. Ça pique jusque dans les entrailles et la sueur perle sur nos fronts.
Mais nous passons le test des boyaux résistants et sommes donc invités sous la toile en plastique à carreaux rose et bleue tendue dans une courette pour partager le déjeuner avec la famille : quelques morceaux de cochon -très- gras et beaucoup de riz blanc. Face à nous sur un grande table à tréteaux quelques invités endimanchés forment un tableau de la dernière scène. En très coloré.

Il est 13h. La fanfare s’est arrêtée pour déjeuner et la chaleur écrasante à dispersé les fêtards sous tous les coins d’ombre. Nous sommes assis sur des briques sous une charrette à bras. Et nous attendons.

Il est 14h. Ou 15h, difficile de savoir quand on vit au rythme mora mora -tranquille tranquille- local. Enfin la musique reprend de plus belle et dans un nuage de poussière nous voilà agripés, embrassés, entraînés à danser au rythme des tambours et au son des trompettes jusqu’à ce qu’il soit l’heure décidée par l’astrologue pour partir au tombeau.

Un homme brandit alors un drapeau malgache et prend la tête d’une procession de presque deux cents personnes -dont la fanfare décidément innarrétable- qui part à travers champs jusqu’au tombeau des ancêtres de la famille.

Une fois sur place la famille seule dansera sur et autour du tombeau avec émotion et ferveur, avant que l’on ouvre la porte du tombeau et que les sept cercueils soient sortis sous les chants et les pleurs de la foule. Ils seront disposés autour du tombeau puis ouverts et tout le monde se bousculera pour toucher les linceuls des ancêtres et leur confier les requêtes à faire passer à Zanahary, dieu créateur. On réemballera les morts dans des linceuls en soie parfumés et propres, on écrira au gros feutre le prénom de chacun pour ne pas les confondre lors du prochain famadihana et on devra rerentrer tous ces ancêtres dans le tombeau précipitament au moment où un orage déchirera le ciel et où la grosse pluie marquera la fin de la cérémonie. Il doit être près de 16h30. La fête continuera jusque dans la nuit.

Une réflexion sur “Fêter les ancêtres

  1. Quelle fête ! Quelles heures inoubliables et épuisantes vous avez du passer: rhum chaleur et émotions fortes étaient au rendez-vous. Quel privilège j’ai de te lire et de vivre ces instants si particuliers Merci Pauline

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s